Brochette de poulet sataye

De ses origines à Java, en Indonésie, à sa diffusion en Malaisie, en Thaïlande et au-delà, le satay est devenu un plat apprécié partout dans le monde. Mais le satay est bien plus qu’un simple plat : c’est un symbole de diversité, de créativité et de la joie de partager un bon repas. Que ce soit du poulet, du bœuf ou de l’agneau, le satay rassemble les gens pour savourer une délicieuse cuisine et passer un bon moment ensemble. Gardons l’esprit du satay en vie en partageant son histoire et ses saveurs avec nos proches et nos amis!

Le Riz Tamarin

Le Riz Tamarin, ou Pulisadam, est une délicieuse spécialité du sud de l’Inde qui marie les saveurs du riz et du tamarin. Originaire de régions comme le Tamil Nadu, le Karnataka et l’Andhra Pradesh, ce plat reflète la richesse de la cuisine traditionnelle du sud de l’Inde. La combinaison de l’acidité du tamarin et de l’arôme des épices crée une explosion de saveurs unique. Nous vous guidons à travers les étapes de préparation de ce plat, vous permettant de découvrir les saveurs authentiques du Riz Tamarin. Sa saveur acidulée, équilibrée par une touche de douceur, est une véritable invitation au voyage culinaire. Profitez de cette aventure gustative simple et unique avec le Riz Tamarin.

Profitez de cette délicieuse spécialité du sud de l’Inde en suivant cette version simplifiée de la recette.

A la découverte du Momo

Des momos cela vous tente ? Ces délicieux petits raviolis sont désormais disponibles à Maurice. Pour les savourer, direction Square Food Court à Ebène Square. Mais au fait que savez-vous des momos ?

Le momo serait un ravioli du Tibet, mais il est également reconnu comme un met traditionnel au Népal et au Bengale-Occidental, soit surtout à Darjeeling. Très prisé en Asie du Sud on les retrouve au menu de nombreux restaurants ainsi que sur des étals de rue. 

Selon la légende les raviolis aurait pris naissance il y a environ 1 800 ans au sein de la dynastie Han en Chine. Les premiers raviolis concoctés à partir de pâte, de viande, de piment et d’herbes, auraient été servis bouillis comme remède contre le gel.

Plus tard ils se seraient exportés au Népal ou la viande de yack et les oignons ont été remplacés par la viande de buffle, du gingembre, de l’ail et des épices. Le mom-cha népalais était né. Au fil du temps, la viande de la farce des momos a été remplacée par des légumes et du “paneer” pour s’adapter aux besoins des hindous.

Aujourd’hui on retrouve différents types de momos. Ils ne sont plus seulement bouillis, mais cuits à la vapeur, frits ou même encore panés. Et pour ceux ayant une préférence pour les douceurs, les momos se convertisent également en friandises fourrés au chocolat. Si vous ne les avant pas encore essayés, il convient de le faire sans plus tarder. Les essayer c’est les adopter. Bonne dégustation de momos à vous !

Salmi poulet au feu de bois : Un irresistible mariage de saveurs

Dans la cour de Kwizine Mama à Mahébourg flotte toujours un bon parfum de cuisson. Ici on se sent comme à la maison. Cela fait deux ans que Kwizine Mama a vu le jour à Beau Vallon et que la table d’hote propose de redecouvrir de délicieux plats d’antan. La décoration, les ustensiles, les bons petits plats, l’accueil des gérants, ici tout nous rappel la générosité de la cuisine traditionnelle. Stéphanie, la gérante de la table d’hote nous propose de découvre un incontournable de la cuisine d’antan: le salmi poulet au feu de bois. Un plat typique qu’autrefois on savourait dans les grandes occasions. Et comme à l’époque le gaz et l’électricité n’étaient pas accessibles, nos grands-parents faisaient la cuisine au feu de bois. Une méthode de cuisson qui confère un parfum particulier et inimitable aux plats. Des saveurs uniques qu’on ne retrouve plus.

C’est donc en plein air, que Stéphanie nous propose de découvrir sa recette de salmi poulet. Les ingrédients sont d’abord préparés. Le poulet, coupé en morceau, est mariné dans du sel, poivre, cannelle et girofle. Les oignons sont découpés, de même que les pommes d’amour et les piments verts. Pour cette recette nous aurons aussi besoin d’épices soit d’ail et de gingembre écrasés, de thyme, de curry poulet, de feuilles de laurier et de coriandre. N’oublions pas l’huile, un bon verre de vin et du sel. Une fois les ingrédients prêts. Il est temps de se mettre à la cuisson.

Stéphanie prépare d’abord le feu avec des morceaux de bois. Une fois le feu bien pris. Elle y met par dessus une marmitte. Elle y ajoute l’huile. Une fois l’huile bien chaude, elle y ajoute les oignons et les piments verts, qu’elle fait revenir. Puis c’est au tour des feuilles de laurier, de curry poulet et de thym. Déjà un agréable parfum titille nos narines. La cuisson se poursuit avec l’ajout de l’ail et du gingembre écrasés. Une fois les épices bien mijotés, Stéphanie ajoute les pommes d’amour et laisse le tout cuire pendant quelques minutes. Ce n’est qu’après la cuisson des épices, qu’elle ajoute le poulet mariné, suivi du verre de vin. Elle rectifie le feu et laisse le tout cuire pendant une bonne demi heure. Juste avant d’enlever la marmite du feu elle parsème le salmi de feuille de corriande. Le plat est fin prêt et nous ne demandons qu’à le déguster. Le salmi nous est servi dans un assiette en aluminum accompagné d’achard, de sauce piment et d’un bol de lentille. A la dégustation nos papilles sont en fête. Le mariage des saveurs est un véritable délice et on en redemande.

La margose : Un Héros Méconnu de la Cuisine

La margose : Un Héros Méconnu de la Cuisine
Le monde de la gastronomie regorge de stars incontestées comme le chocolat, le fromage, et le bacon. Cependant, il est temps de donner un peu d’amour à un acteur sous-estimé de la scène culinaire : la margose. Aussi connu sous le nom de “bittergourd” en anglais, ce légume excentrique mérite sa place sous les projecteurs, ou du moins dans votre assiette.

L’Apparence Déconcertante
Dès le premier coup d’œil, la margose pourrait faire peur à certains. Avec ses bosses, ses rainures, et sa couleur vert tendre, il ressemble à un croisement improbable entre une éponge de mer et une pastèque qui aurait fait la fête un peu trop longtemps. Cependant, ne vous laissez pas tromper par son apparence peu engageante.

Le Caractère Bien Trempé
La margose est un rebelle de la cuisine, avec une personnalité résolument amère. Ses saveurs sont si franches qu’elles vous feront faire la grimace si vous ne les apprivoisez pas correctement. Cependant, cette amertume est son charme particulier. Elle donne à la margose une place unique dans le monde de la cuisine, car elle ajoute une dimension intrigante à de nombreux plats. Le Héros de la Santé Bien que son goût puisse être un défi, la margose est un héros méconnu de la santé. Il est bourré de nutriments essentiels, notamment des vitamines, des minéraux et des antioxydants. De plus, il est réputé pour ses propriétés bénéfiques pour la digestion, le diabète et la santé cardiaque. Alors, avant de juger ce légume sur son amertume, rappelez-vous qu’il se bat pour votre bien-être.

Des Recettes Inoubliables
La margose a conquis sa place dans les cuisines du monde entier. De l’Inde à la Chine en passant par les Philippines, il est un ingrédient essentiel de nombreuses recettes traditionnelles. Le secret pour apprécier la margose réside dans la façon dont vous le préparez. En le faisant mariner, blanchir ou même le transformer en frites, vous pouvez adoucir sa personnalité pour créer des plats mémorables.

Conseil d’Expert : Si vous souhaitez relever le défi de la margose, essayez une recette de curry de margose à l’indienne. Les épices et les herbes associées au margose créent une symphonie de saveurs qui vous surprendra.

En conclusion, la margose est un légume qui mérite d’être découvert. Osez le défi de son amertume, et vous pourriez bien être conquis. Après tout, il y a quelque chose de magique dans le fait de transformer l’amertume en une saveur délicieuse et inoubliable. Alors, la prochaine fois que vous le croiserez sur l’étal d’un marché, prenez un risque culinaire et emportez-le chez vous. Qui sait, vous pourriez vous retrouver avec une nouvelle star dans votre cuisine !

Quand la truffe se dévoile

Difficile de parler gastronomie sans parler de la truffe. Rares et prisées, la renommée de ce champignon de la famille des ascomycètes a fait le tour de la planète. Toutefois, on ne peut dire avec certitude quand elle a été découverte. Selon la petite histoire, des pharaons en mangeaient depuis l’Antiquité, soit 2600 ans avant Jésus-Christ. Certains philosophes de la Grèce et de la Rome Antique, tels que Théophraste et Plutarque étaient persuadés que c’était grâce aux coups de foudre sur le sol que naissaient les truffes.

Il en existe plus d’une centaine d’espèces, mais c’est surtout deux types de truffes qui sont célèbres soit la truffe noire et la truffe blanche. La truffe noire est la plus connue, on peut la trouver dans plusieurs endroits en France, mais également en Afrique du Nord, en Asie du Sud-Ouest, en Amérique du Sud et en Australie. Elle aime les sols contenant du calcaire. La truffe noire pousse au pied de certaines arbres, appelées des arbres truffiers. Il s’agit du noisetier, du charme, du chêne et du tilleul, entre autres. Si elle est qualifiée de truffe noire, sa peau est brun foncé ou rougeâtre dépendant des espèces. Sa chair aussi est de différentes couleurs selon les espèces. Elle peut ainsi être violacée, marbrée ou encore blanche. Deux caractéristiques importantes différencient la truffe noire de la truffe blanche. La truffe noire est ainsi plus petite et peut peser entre 20 à 200 g. La saison de la truffe
noire contrairement à celle de la truffe blanche va de novembre à mars.

La truffe blanche, elle, est originaire d’Italie, mais on peut la trouver en Asie, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie. Elle était encore méconnue il y a quelques années. Comparée à la truffe noire, la truffe blanche a une peau plus lisse, elle dispose aussi d’une forme plus arrondie, et sa texture est plus ferme. On l’appelle truffe blanche, mais sa peau est jeaunâtre et sa chair peut être blanche ou marron-rouge, selon les espèces. Elle est plus grosse que la truffe noire, car son poids peut varier entre 250 et 500 g. La truffe blanche est disponible d’octobre à décembre. En ce qu’il s’agit du prix, si la truffe noire se vend autour de 900 euros le kilo, la truffe blanche, elle, remporte le prix de l’article le plus cher, car son prix peut atteindre jusqu’à plus de 6000 euros le kilo.

Ce prix est expliquée en raison de la rareté de la truffe blanche et de son appréciation. En effet, en raison de son gout plus prononcé, la truffe blanche est nettement plus appréciée en cuisine. Toutefois, en véritable produit de luxe, la truffe blanche n’est pas pour toutes les bourses.

La truffe noire tout comme la truffe blanche font le ravissement des gourmets. La truffe noire accompagne à ravir le foie gras, les pâtes ou le risotto. Elle est idéalement râpée. La truffe blanche est souvent consommée crue ou simplement réchauffée dans le plat au dernier moment. Les deux variétés se marient parfaitement avec les aliments doux tels que les pâtes, les pommes de terre, le risotto, le riz, la polenta, le mais, le fromage et les oeufs. La truffe noire et la truffe blanche parfument agréablement les huiles qui servent par la suite à agrémenter les plats. Si vous n’avez pas encore découvert la truffe, nous vous conseillons vivement de vous y mettre.

UNITING PALATES AND PEOPLE AT BULLIES SOCIAL

As the name suggests, this one is all about social, food, and drink combo. And guys, what a combo it is! Since its opening in October 2021, Bullies Social has carved a niche for itself as the go-to spot for foodies and social butterflies alike. Nestled in the heart of Grand-Baie, this is the place to come if you want lots of choices and plenty of different flavours.

Serving soul food to hungry locals, their line-up includes massive slabs of juicy meat, mouth-watering wings, beef-dripping fries, sliders, and pizzas. That’s actually all we want: simple cooking, loud flavours. But be warned, once you taste one of their diverse menu offerings, you’ll be hooked for life.

You know what’s even more intriguing? The concept behind the name – it’s all about urging (or bullying) people to come out, socialise, and have a good time. The founders envision their establishment as more than just a restaurant; it’s a social club where friends and food meet in perfect harmony. Don’t know about you, but that sounds absolutely dreamy to us!

Speaking of dreams, keep an eye on their side dishes – from weekend specials to beef sliders, they’ve got you covered with mouthwatering deals. Like a love letter to good food, their menu could make even the toughest carnivore shed a tear of joy. Oh, and did we mention that they’ve gone the extra mile to ensure that even non-meat eaters can embark on the journey? The same wide array of flavours and the same attention to detail are lavished upon these meatless delights, offering options like Hot, Jerk, and Korean cauliflowers.

Indeed, it isn’t just about the food; it’s an experience, a rendezvous for the food connoisseur and the social soul. It’s the place where gastronomy meets social camaraderie, making it a must-visit destination for anyone in search of the real stuff in the north!

Delicious and Diabetic-Friendly Sugar Alternatives

Balancing your blood sugar is crucial, especially if you have diabetes. The good news is that there are some delightful sugar alternatives that can sweeten your life without causing harmful spikes in blood sugar levels. Let’s explore a few diabetic-friendly sugar alternatives that are not only safe but also delicious:

1. Dates: Nature’s Sweet Gems

  • Dates are natural sweet treats packed with fiber, vitamins, and minerals.
  • You can create date paste by blending pitted dates with a bit of water.
  • Use date paste in baking or as a topping for oatmeal, yogurt, or smoothies.

2. Stevia: Sweetness from Leaves

  • Stevia is a natural, calorie-free sweetener derived from plant leaves.
  • It won’t cause blood sugar spikes, making it an ideal choice for diabetics.
  • You can find stevia in various forms, such as liquid drops or powdered versions, and use it to sweeten beverages and recipes.

3. Maple Syrup: Liquid Gold from Trees

  • Maple syrup offers a unique and delicious flavor.
  • It’s a source of essential minerals like manganese and zinc.
  • When using maple syrup as a sugar substitute, reduce the quantity slightly in your
    recipes.

4. Honey: Nature’s Sweet Nectar

  • Honey is a natural sweetener with a rich, distinctive flavor.
  • It contains beneficial antioxidants and antibacterial properties.
  • Use honey in recipes, but remember that it has calories and should be used in moderation.

5. Coconut Sugar: A Tropical Sweetness

  • Coconut sugar is made from the sap of coconut palm trees.
  • It has a caramel-like taste and provides essential nutrients.
  • You can replace sugar with coconut sugar in baking and cooking.

These diabetic-friendly sugar alternatives can make your meals and snacks sweet without causing rapid blood sugar fluctuations. Just remember to enjoy them in moderation, and consult with a healthcare professional or a registered dietitian to tailor your choices to your specific dietary needs. By incorporating these natural and wholesome sweeteners, you can savor the sweetness of life while taking care of your health.

LA JEFA LOCA : VOTRE PARENTHÈSE MEXICAINE

Tacos, nachos, burritos… en entendant cela, notre imagination s’emballe instantanément vers la gastronomie mexicaine, riche, inventive et reconnue partout dans le monde. Pourtant, bien peu ont eu la chance de goûter à ces mets hautement délectables. Et si l’on vous révélait que ces trésors de la cuisine mexicaine sont bien plus accessibles que vous ne l’auriez imaginé ?

Imaginez un endroit où les saveurs du Mexique prennent vie, où chaque bouchée est une danse exquise entre les épices, les textures et les arômes. Ne cherchez pas plus loin, car La Jefa Loca vous ouvre ses portes à Grand Baie, pour vous faire découvrir l’essence même de la cuisine mexicaine. Ouvert en mars de cette année, ce restaurant semble bien décidé à mettre K.O les pâles imitations de tacos qu’on a pu avoir sur l’île jusqu’à présent. Ici, tout est frais, authentique et consistant. Mordez, fermez les yeux, et caramba ! Vous êtes au Mexique.

En plus de tacos de compète, cette cantine mexicaine propose des nachos subtilement épicés et impeccablement envoyés. Choisir entre ces deux-là est un vrai supplice ! Il vaut mieux se laisser surprendre par le maître des lieux. Vous ne le regretterez pas. L’accueil plein de gentillesse et la carte aux spécialités qu’on ne trouve pas ailleurs suffisent. Mais l’aventure ne s’arrête pas là… les burritos ainsi que les quesadillas s’apprêtent à faire leur entrée sur la scène culinaire de La Jefa Loca. Une invitation à élargir vos horizons gustatifs et à vous laisser emporter par la vague mexicaine !

Alors, si vous avez toujours rêvé de découvrir la véritable cuisine mexicaine comme on l’aime, La Jefa Loca est votre billet d’entrée. On pourrait en parler encore longtemps : il s’agit d’une adresse qu’on aurait aimé garder rien que pour nous, mais bon, vous nous connaissez, on ne peut pas s’en empêcher !

Quand la Sangria s’invite à vos soirées

Vous êtes à la recherche d’un cocktail qui apportera sans aucun doute du peps à vos soirées ? Pensez à la Sangria. Elle est parfaite en cette période estivale. Désaltérante et parfumée, elle est la boisson qui plaira autant aux amateurs de vin qu’à ceux préférant les cocktails.

Boisson alcoolisée typique de l’Espagne et du Portugal, la Sangria se compose de vin rouge et de fruits. Il existe plusieurs variantes de cette boisson. Son nom viendrait de “sangre” en espagnol, qui signifie “sang” en raison de sa couleur rouge foncé. Si le vin et les fruits restent la base, certains y ajoutent des épices, de l’eau gazeuse ou encore du limon. En ce qui concerne les fruits, les oranges et les citrons sont conseillés, mais pommes, poires, pêches, nectarines, ananas, raisins, mangues peuvent aussi y être ajoutés selon vos envies.

Pour vous mettre en appétit, le mixologue du restaurant Cyclone vous a préparé une Sangria à sa façon. Elle se compose ainsi de rhum, de jus d’orange et de vin rouge Val Ory. Si vous souhaitez le préparer chez vous, il convient de verser le vin dans un verre à cocktail et d’y ajouter une dose de rhum, puis de délicatement y ajouter le jus d’orange. Pour terminer, ajoutez-y des glaçons et une tranche d’orange. Bonne dégustation